Accueil > Saison 2022-2023 > Conférences à Sceaux d’octobre à janvier

Conférences à Sceaux d’octobre à janvier

samedi 28 mai 2022, par Toulouse, Michèle

Les conférences de ce 1er semestre ont lieu à la salle "les Garages" à Sceaux, le jeudi de 15h à 17h

Version imprimable

- Jeudi 13 octobre
Alain Blum, directeur d’études à l’EHESS, directeur de recherche à l’INED
« L’Ukraine, une histoire étouffée »
L’histoire de l’Ukraine est marquée par une histoire d’Empires, qui rend la constitution de l’État ukrainien marquée par une succession de violences, d’écrasement et de renaissance. La violence totale exercée par la Russie sur la nation ukrainienne n’est malheureusement que la énième violence subie, au 20e siècle, par la population de ce territoire. La présente conférence évoquera donc cette histoire longue de la constitution de la nation ukrainienne, tout en soulignant le détournement et l’instrumentalisation de l’histoire par les autorités russes, à la seule fin de justifier l’intervention militaire.

- Jeudi 10 novembre
Marion Noulhiane, MCU-HDR Neurosciences / Professeur-chercheur à Paris V – Descartes
« La synesthésie (1) »
La synesthésie est un trouble non pathologique de la perception des sensations. Une personne dite « synesthète » est capable d’associer plusieurs sens à un seul stimulus. Par exemple, une personne peut associer un son à une couleur, une date à une personnalité, une couleur à des lettres pourtant écrites en noir, etc. Il existerait ainsi une grande variété de synesthésie. Depuis une dizaine d’années, les neurosciences cognitives cherchent à expliquer de façon objective ce phénomène non pathologique, grâce notamment aux techniques d’imagerie cérébrale. Cette conférence présentera un état des lieux de ce que l’on sait des synesthésies.

- Jeudi 24 novembre
André Paléologue, historien
« La route de l’ambre »
Reliant le nord de notre continent à la méditerranée, la route de l’ambre a permis depuis l’Antiquité, l’acheminement de la mer Baltique à Venise, de cette matière fossile à multiples qualités et à valeur marchande égale aux perles et à l’ivoire. Les comptoirs et les haltes que nous pouvons dénombrer sur cette route mythique, témoignent de la cohérence exceptionnelle de la civilisation européenne. Ce qui explique, bien évidemment, l’intérêt que l’historiographie actuelle lui accorde.

- Jeudi 8 décembre
Patrick Maunand, conférencier littéraire
« George Sand et Alfred de Musset à Venise »
_ En prenant la route de Venise (qu’ils atteignent le 31 décembre 1833), Sand et Musset trouvent le cadre parfait à leur amour romantique, un amour qui rime avec douleurs. Après leur séparation définitive (mars 1835), ils reviendront souvent sur leur séjour de 3 mois à Venise (Musset quitte la cité des Doges le 29 mars 1834) dans leurs écrits : On ne badine pas avec l’amour, A mon frère revenant d’Allemagne, Souvenir, La Nuit d’août, La Confession d’un enfant du siècle… pour Musset ; Consuelo, Histoire de ma vie, Horace, Lettres d’un voyageur, Sketches and hints… pour Sand.

Vacances scolaires du samedi 17 décembre 2022 au mardi 3 janvier 2023

- Jeudi 5 janvier
Benoît Rittaud, maître de conférence en mathématiques à l’Université Paris 13-Sorbonne
« La peur exponentielle »
Déclinable à l’infini, la peur de l’exponentielle est une réalité contemporaine aussi répandue que méconnue. Scientifiquement construite bien que parfaitement irrationnelle, elle constitue la matrice originelle de quantité de discours alarmistes fondés sur la crainte que nous irions collectivement bientôt heurter de plein fouet les limites du monde : épuisement des ressources naturelles, démographie mondiale, réchauffement climatique...

- Jeudi 19 janvier
Pierre-Yves Le Priol, journaliste
« Charles Péguy et la cathédrale de Chartres »
Pour l’avoir découvert sur le tard, Pierre-Yves Le Priol considère l’écrivain Charles Péguy (1873-1914) comme un maître à penser et, plus encore, comme un maître de vie. Sa critique radicale du monde moderne, son parcours inattendu (de l’athéisme militant à la révélation de la foi), son écriture si singulière et comme à portée de voix : tout ce qui touche au " mécontemporain " Péguy résonne au plus profond de lui.