Accueil > Saison 2021-2022 > Conférences à Sceaux : janvier et février

Conférences à Sceaux : janvier et février

samedi 11 décembre 2021, par Toulouse, Michèle

Les conférences ont lieu à la salle des garages, le mardi de 15h à 17h
Attention ! Pass sanitaire et port du masque obligatoires

Version imprimable

-  Mardi 4 janvier
Anne-Marie Térel, conférencière d’histoire de l’art
« La cité caravanière de Pétra, capitale des Nabatéens »
Entourée de montagnes impressionnantes et d’un dédale de rochers, au cœur d’une zone-carrefour entre l’Orient et la Méditerranée, Pétra se développe aux époques hellénistique et romaine grâce au commerce caravanier. Si la plupart des édifices construits ont disparu, les tombeaux monumentaux creusés dans la roche présentent toujours leurs élégantes et somptueuses façades aux allures de temple classique. L’étroit défilé du Siq débouche devant la façade grandiose du Khazné. Le parcours se poursuit vers d’autres ensembles de tombes, un théâtre taillé dans le roc et différents temples construits. Des sanctuaires aménagés sur les hauteurs dominent le site, notamment le célèbre Deir.

- Mardi 11 janvier
Jean-Christophe Guéguen, docteur en pharmacie ; pharmacien industriel
« L’intelligence végétale : mythe ou réalité ? »
Douées de mémoire, capable de faire des choix et d’apprendre de leurs expériences, les plantes n’ont pas fini de nous surprendre. Dépourvue de système nerveux, elles étaient trop souvent considérées comme des êtres vivants de seconde zone. À force d’évoluer au milieu des plantes, nous ne les voyons plus et pensons qu’elles sont inertes, pourtant ce sont des êtres sociaux qui échangent des informations sur la qualité du sol, sur les insectes ou les pathogènes qui les agressent. Certaines plantes peuvent se rappeler des expériences de sécheresse et de déshydratation, de froid et de chaleur, de lumière excessive, de sols acides. Face au stress, elles modifient leurs réponses physiologiques. Incapables de se sauver devant un prédateur, elles utilisent un « langage chimique » pour résoudre les mêmes problèmes que les animaux. Elles sont aussi capables de manipuler ces derniers. Cette présentation fait le point sur la vie secrète des plantes.

- Mardi 18 janvier Annulé
Laurent Hassid, docteur en géographie - géopolitique
« Le golfe persique / arabique »
Le Golfe Persique - ou Arabique - est un espace hautement stratégique englobant une dizaine d’États de taille très variable. Alors qu’il est souvent question de la situation en Irak ou de la rivalité Iran-Arabie Saoudite, la conférence s’intéresse aux petits émirats (Koweït, Bahreïn, Qatar, Émirats arabes unis) qui cherchent à accroître leur influence dans la région et parfois dans le monde. Comment s’insèrent-ils dans la mondialisation actuelle ? Comment ces États gèrent-ils leurs ressources en hydrocarbures ? L’intervention sera largement illustrée par des photos de terrain.

- Mardi 25 janvier
Roland Lehoucq, chercheur en astrophysique au CEA de Saclay
« Peut-on vraiment rester seul sur Mars ? »
Le film Seul sur Mars (R. Scott, 2015) nous montre comment le héros, Mark Watney, tente de survivre sur Mars grâce à son ingéniosité et à ses connaissances scientifiques. La NASA annonçant un vol habité pour Mars dans les prochaines décennies, il est intéressant de se poser la question de la survie d’un groupe d’explorateurs humains dans les conditions hostiles qui prévalent à la surface de la planète rouge. On ne peut aussi s’empêcher de se demander si ce que montre le film est réaliste. Une tempête martienne peut-elle faire autant de dégâts ? Comment produire de l’eau sur Mars ? Peut-on y cultiver des pommes de terre ? A quoi ressemble vraiment la surface de Mars ? Ensemble, tentons de répondre à la question « Peut-on rester seul sur Mars » ?

- Mardi 1er février
Nathalie Garance, romancière
« Le rôle de l’image et de la manipulation dans l’art de gouverner, d’après Le Prince de Machiavel »
Cette conférence s’intéresse à la façon dont Le prince de Machiavel révolutionne la pensée, en rompant avec les conceptions héritées de l’Antiquité et du Moyen-âge et en proposant une analyse considérant le rapport de forces comme la donnée première en politique. Analyse dans laquelle Machiavel met l’image au cœur de l’art de gouverner, ce qui constitue un élément de sa grande modernité.

- Mardi 8 février
François Vatin, professeur à l’Université de Paris-Nanterre
« Réinventer le musée dans une ville industrialo-portuaire détruite : Reynold Arnould au Havre (1952-1965) »
_ Reynold Arnould (1919-1980), peintre né au Havre, prix de Rome 1939, revient en 1952 dans sa ville natale alors en reconstruction comme directeur des musées. Sa plus grande tâche est de reconstruire le musée des Beaux-Arts détruit par les bombardements... Reynold Arnould conçoit, avec les architectes Guy Lagneau et Raymond Audigier, mais aussi avec l’ingénieur Jean Prouvé, une élégante architecture pour ce bâtiment placé à l’entrée du port : un grand espace, sans cloisons intérieures, bénéficiant d’un éclairage zénithal conçu par Jean Prouvé, entouré de baies vitrées par lesquelles on voit entrer et sortir les bateaux. Ce renouveau architectural, qui contraste avec la ville de béton d’Auguste Perret, marque la fin de la reconstruction du Havre. Pendant quatre ans, Le Havre va vivre l’expérience unique de son "musée-maison de la Culture" avec Reynold Arnould à sa tête.

- Mardi 15 février (en visioconférence)
Martin Michalon, agrégé de géographie, spécialiste de la Birmanie
« La Birmanie »
Après une décennie de transition politique semée d’embûches mais encourageante, la parenthèse démocratique s’est refermée en Birmanie avec la prise de pouvoir militaire du 1er février 2021. Un an après les faits, où en est la Birmanie ? S’appuyant sur une expérience de terrain du quotidien, cette présentation plantera le décor et les enjeux, avant de dessiner les tendances et les scenarii pour l’avenir.

Vacances : Samedi 19/02 au lundi 07/03/2022